10 ans!

10 ans!

Ce mois-ci, Yoctopuce a 10 ans. Du coup, cette semaine, on vous propose quelques réflexions sur ces 10 années qui se sont écoulées à un rythme effréné.


Il était une fois Il y a dix ans, trois employés d'une compagnie informatique mondialement connue se sont rendu compte, plus ou moins par hasard, qu'en mettant leurs connaissances en commun ils savaient construire des interfaces électroniques USB. L'ambiance de travail imposée par leur hiérarchie d'alors était si déplorable qu'ils décidèrent quitter le "confort" d'un emploi bien rémunéré pour tenter leur chance en fondant leur propre société: Yoctopuce.

Il faut bien reconnaître que c'était un pari un peu risqué dans la mesure où

  • Ils n'avaient qu'une formation d'informaticien et des connaissances en électronique acquises en travaillant sur des projets personnels
  • La Suisse, îlot de cherté, n'est pas le meilleur endroit pour produire de l'électronique à un prix abordable


L'idée était de fabriquer des interfaces USB telles qu'on aurait adoré en avoir quand on était étudiants en informatique. S'il était clair qu'on avait aucune chance de concurencer les prix des produits fabriqués en Asie, on s'est dit qu'on pourrait peut-être compenser en soignant la qualité, la facilité d'utilisation, la documentation et le service après vente. Alors, pari gagné ?

Le côté clair de la force

Commençons par le côté positif et agréable de l'expérience.

Les produits

On a commencé petit, avec seulement 7 produits: les Yocto-Knob, Yocto-Relay, Yocto-PowerRelay, Yocto-Meteo, Yocto-Temperature, Yocto-Color et Yocto-Servo. Aujourd'hui, non seulement ces produits existent encore, mais ils ont été rejoints par une ribambelle d'autres modules: on a aujourd'hui une bonne soixantaine de modèles différents au catalogue, sans compter les produits personnalisés.

On a toujours mis un point d'honneur à respecter au maximum la rétro-compatibilité: les différentes évolutions de chaque produit sont en général 100% compatibles avec les versions précédentes tant au niveau logiciel qu'au niveau mécanique.

Une des grandes angoisses du début de Yoctopuce était la question de la durée de vie des produits: on n'en avait pas la moindre idée. C'est pourquoi on décidé de systématiquement choisir la meilleure qualité de composants que l'on pouvait s'offrir. Il faut croire que c'était un bon choix parce qu'on peut maintenant affirmer que pour peu qu'il soit bien traité, un module Yoctopuce peut facilement fonctionner H24 7/7 pendant au moins dix ans.

On s'est rapidement rendu compte que vendre des cartes électroniques nues ne suffit pas pour satisfaire les clients, il faut aussi fournir les accessoires, tel que des boîtiers. On a choisi de faire fabriquer des boîtiers en plastique injecté par un artisan local, on n'a jamais regretté cette décision, mais le ticket d'entrée nous a coûté bien cher: il nous a fallu des années pour amortir le coût du moule.

Si au début on achetait les accessoires tels que câbles USB et antennes en Chine auprès de revendeurs plus ou moins anonymes, on a fini par se rabattre sur des vendeurs européens. Les prix sont bien sûr plus élevés, mais la qualité est bien plus facile à contrôler. Les accessoires étant toujours revendus au prix le plus bas que l'on puisse se permettre, les hausses de prix liés aux changement des fournisseurs sont passées relativement inaperçues.

Le design

Le design des modules est entièrement fait chez nous. On a décidé très tôt de tout miser sur la modularité: Les modules existent en deux largeurs, la longueur est utilisée comme variable d'ajustement. L'électronique USB est toujours plus ou moins la même, et par conséquent beaucoup de composants électroniques sont communs à tous les produits. Au point qu'on peut faire le design d'un capteur tout simple en moins d'un après-midi et avoir de bonnes chances pour qu'il marche du premier coup.


Automatisation

On a mis à profit notre savoir faire d'informaticiens pour automatiser tout ce qu'on pouvait. Des pans entiers de Yoctopuce se gèrent tout seuls sans qu'on ait rien d'autre à faire que vérifier que tout se passe bien. Les fichiers de productions sont générés automatiquement, tout comme les docs, les librairies de programmation et une grande partie des firmwares. Notre magasin en ligne vit sa vie sans intervention humaine, la préparation des commandes est supervisée par un ordinateur, la paperasse pour les expéditions internationales est générée automatiquement... les exemples sont encore nombreux.

Software

En fait, il y a une grosse composante software dans l'écosystème Yoctopuce: le site web, les générateurs automatiques, les firmwares, les librairies de programmation et les applications mises à disposition représentent des quantités phénoménales de code source, au point qu'on a renoncé à essayer de compter le nombre de lignes de code. On a très tôt choisi de non seulement offrir gratuitement les librairies Yoctopuce et les quelques applications qui vont avec, mais aussi de publier leur code source. Cela nous paraissait normal malgré tout le travail que représente ce code. On réalisé plus tard que c'est assez rare chez les fabricants de hardware.

La fabrication

Les circuits imprimés utilisés pour construire les modules Yoctopuce sont commandés auprès d'un courtier suisse, qui les fait fabriquer en Asie. Fabriquer des PCB demande des équipements et un savoir faire qu'on n'aura probablement jamais, mais on réfléchit à des solutions pour faire fabriquer ces PCB en Europe. Une fois le PCB reçu, le reste de la fabrication se passe entièrement chez nous: on dispose d'une machine à sérigraphier pour déposer la pâte à souder, d'un auto-placeur pour placer les composants et d'un four à reflow pour la soudure SMD. Il y a deux ans, fatigués de souder les composants traversants à la main, on a même réussi à s'offrir une machine à soudure sélective.

Le fait d'avoir toute la production sur place est un immense avantage: non seulement on a un contrôle total sur la qualité mais on peut aussi se permettre de produire des batchs relativement modestes. Si un produit est sur le point d'être épuisé, il suffit de rallumer les machines et de lancer une production. Il faut simplement être attentif aux stocks de PCB.

Les clients

A l'origine, on pensait que les produits Yoctopuce feraient le bonheur des bricoleurs dans notre genre. Même si on a beaucoup de particuliers dans notre clientèle, il n'y en a clairement pas assez pour nous faire vivre: nos produits sont trop chers pour eux. Par contre, les industriels nous adorent, pour eux, on est plutôt bon marché comparé à des solutions d'automation propriétaires. La plupart du temps, on ne sait pas ce que les clients font avec nos produits, mais du peu que l'on sait, deux grande tendances se profilent: la construction de systèmes automatiques de contrôle qualité en fin de chaîne de fabrication, et l'intégration dans des produits commerciaux.

Fait amusant, on voit souvent se manifester un phénomène d'addiction chez les clients: on voit régulièrement passer une commande plutôt modeste d'un nouveau client, et quelques semaines plus tard, on voit ce même client placer une énorme commande avec un peu de tout.

Les produits personnalisés

Pensés à l'origine comme un moyen de rendre service, la vente de produits personnalisés, qui sont juste des variantes de produits existants, assurent maintenant une part non négligeable de nos revenus. On a choisi d'offrir ce service sans aucun des frais supplémentaires auxquels on pourrait normalement s'attendre: pas de frais de dossier, de mise en place, de design, d'outillage etc. Pour nous, un produit personnalisé est un produit comme un autre, la différence c'est qu'il n'est vendu qu'à un seul client et que des quantités minimales de commande s'appliquent. Apparemment ce modèle, extrêmement favorable au client, paye plutôt bien sur le long terme.

La publicité

Yoctopuce ne fait pas de publicité, les premières années on dépensait un peu d'argent dans des campagnes Google, mais on a fini par arrêter, apparemment on n'en a plus besoin. On suppose que notre site web a suffisamment de contenu sérieux pour être crédible aux yeux des différents moteurs de recherche. On soupçonne que le bouche à oreille fonctionne aussi pas mal: Certaines grandes entreprises ont des laboratoires de recherche éparpillés sur toute la planète, et on voit la passion pour les produits Yoctopuce se propager d'un lab à l'autre sans qu'on ait jamais été contacté par aucun d'entre eux.

Le service après vente (a.k.a. support)

Fabriquer des produits de qualité, faciles à utiliser et accompagnés d'une documentation sérieuse a un effet de bord intéressant. Il n'y a presque pas de support: les clients se débrouillent généralement très bien sans notre aide. Si malgré tout, on constate qu'une question revient souvent on écrit un article de blog qui détaille la réponse, ce qui permet de renvoyer les clients suivants sur cette réponse.

Le côté obscur

Cependant, il ne faudrait pas s'imaginer que tout est rose et facile chez Yoctopuce. S'il était si simple de monter sa propre entreprise, on imagine que tout le monde le ferait.

Les prix

Le principal reproche fait aux produits Yoctopuce, c'est leur prix. Croyez-le ou non, Yoctopuce n'a pas été fondée dans l'espoir de devenir riche, on n'est même pas sûr qu'il soit encore possible de devenir riche en fabriquant du hardware de nos jours. Le but de Yoctopuce était juste d'avoir un travail indépendant et motivant tout en ayant si possible des clients contents. C'est pourquoi on a choisi un modèle de prix très simple: pour chaque produit électronique, on calcule le coût en composants et en PCB, on multiplie par trois et on obtient le prix de vente à l'unité. Si vous avez tendance à croire que les modules Yoctopuce poussent sur les arbres, cela doit sans doute vous paraître beaucoup. Mais l'expérience montre que c'est le minimum: ces deux tiers de "bénéfice" servent à payer les salaires, acheter et entretenir les machines, payer les tests de certifications, acheter les consommables, payer les assurances, payer les frais de port... la liste est encore longue.

Si les cinq premières années ont vraiment été délicates du point de vue budget, cela fait maintenant quelques années qu'on a plus trop de problèmes de fin de mois.

La masse de travail

On n'en a jamais parlé sur ce blog, mais tous nos gros clients le savent: Yoctopuce a commencé avec trois personnes à plein temps installées dans un garage de 50m2, plus un temps partiel en télétravail. Dix ans plus tard, on est toujours trois personnes dans un garage aménagé en micro-usine plus un temps partiel. On n'a jamais osé embaucher du personnel supplémentaire sans pouvoir lui garantir un salaire décent, un contrat à durée indéterminée et une place de travail suffisamment spacieuse. La conséquence, c'est qu'à mesure que les ventes augmentent, la masse de travail augmente aussi. On pense que c'est là que se trouve le vrai prix de l'indépendance: on a des horaires à faire frémir le syndicaliste le plus libéral. Tout ça pour un salaire correct, sans plus.

Les stocks

On pourrait croire qu'on peut acheter des composants électroniques comme on achète des paquets de chips. Rien n'est moins vrai, il n'est pas rare d'être confronté à des délais de livraison de plusieurs mois. Le problème a vraiment été sévère lors de la pénurie de condensateurs MLCC de 2016. On a fini par prendre le problème à bras de corps, et on a maintenant un an de stock pour pratiquement tous nos composants. Cela représente d'énormes quantités d'argent immobilisées. Mais c'est seul moyen qu'on a trouvé pour être sûr d'être capable livrer n'importe lequel de nos produits en un temps raisonnable.

Les expéditions

Yoctopuce vend sur internet et expédie de la marchandise (presque) partout dans le monde. La plupart du temps, cela se passe relativement bien. Mais s'il y a un problème comme un paquet endommagé, une livraison tardive, ou même une perte, vous pouvez être sûr que c'est l'expéditeur qui va en faire les frais. Apparemment, dans le monde du transport de marchandise, personne ne souhaite assumer ses responsabilités. Et ça c'est un problème affreusement déprimant, parce qu'il n'a pas vraiment de solution, on ne va quand même pas faire notre propre société de livraison.

La législation

En Europe en tout cas, on ne peut pas fabriquer et vendre des circuits électroniques avec une liberté totale, il y a un certain nombre de règles légales à respecter. Ces règles portent sur de nombreux domaines tels que la sécurité, l'impact environnemental, les émissions électromagnétiques, la résistance aux perturbations, etc.. Il est tout à fait normal que ces règles existent, et les respecter tend a encourager à faire de bons produits. Ce qui est plus embêtant, c'est que la législation n'est jamais figée, on a même remarqué qu'elle change de plus en plus vite, la législation REACH par exemple change environ tous les six mois. S'adapter en permanence coûte vite beaucoup de temps et d'argent, surtout pour des petites structures telles que la nôtre.


Conclusion

Après dix ans, on peut conclure qu'il tout a fait possible de fabriquer de l'électronique en Suisse en pariant sur la qualité plutôt que sur le prix de vente. Etre responsable de sa propre entreprise et avoir un vrai pouvoir de décision sur tout ce qu'il s'y passe est autrement plus intéressant que d'avoir le sentiment d'être un rouage interchangeable dans une société qui compte des centaines de milliers d'employés. Par contre, il faut s'attendre à devoir faire de nombreux sacrifices personnels. Ceci dit, on ne regrette rien et on a bien l'intention de continuer sur notre lancée.

Commenter un commentaire Retour au blog



1 - blanvill Samedi 06 mars 2021 10H41

Merci de partager le récit de cette splendide aventure. Toutes mes félicitations pour vos choix et votre engagement !

Yoctopuce, get your stuff connected.